Fractures du poignet (Extrémité du Radius distal)

Les fractures du poignet sont les plus fréquentes chez l'être humain. En fait, il s'agit rarement d'une fracture du poignet vrai mais plutôt celle de l'extrémité du radius distal. Cette fracture s'appelle Pouteau-Colles. Elle porte donc le nom d'un chirurgien Lyonnais (Claude Pouteau) qui avait décrit plusieurs types de fractures de l'avant-bras suivi par Abraham Colles, un chirurgien Irlandais, qui avait observé la déformation typique de cette fracture dite en baïonnette.

Il ne faut pas forcément un choc très violent pour provoquer une fracture du radius distal même chez un sujet jeune. Le mécanisme le plus fréquent est une chute sur la main étendue, ça veut dire un choc indirect. Chez les jeunes il s’agit souvent d’un accident de sport, comme le snowboard, le roller, le vélo ou la trottinette. Il faut quand-même se rendre compte du fait que, chez des personnes un peu plus âgées, cette fracture pourrait être révélatrice d’une fragilité osseuse augmentée. La cause la plus fréquente pour cette dernière est l’ostéoporose. Il faudrait donc éventuellement un dépistage de cette maladie pour éviter d’autres fractures (vertèbres, épaule, hanche, cheville) à la suite.

Le traitement

Quand la fracture est non ou peu déplacée il faut un traitement orthopédique (pas d'opération). On va immobiliser le poignet soit par un plâtre simple, soit par l'équivalent en résine ou des attelles vendues dans le commerce pendant 4 à 6 semaines.

Traitement opératoire

Si la fracture est déplacée il faut au moins une réduction sous anesthésie (locale, régionale ou générale) et de nouveau une immobilisation par un plâtre. Souvent ce genre de fracture est instable et l'alignement osseux correct ne peut pas être maintenu par un plâtre ou une attelle. Il faut donc une opération et la mise en place du matériel stabilisant qui va éviter une perte de réduction jusqu'à ce que la fracture soit guérie ce qui prendra environ 6 semaines. Anciennement on mettait des broches, des vis, des plaques non verrouillées ou des fixateurs externes sur la fracture. Chacun de ces dispositifs avaient ses propres problèmes. Depuis quelques années, on utilise en Suisse un nouveau type de plaque avec des vis bloquées. Les vis verrouillent dans la plaque même ce qui renforce la stabilité du montage. Le risque de déplacement secondaire de la fracture est extrêmement faible.

Risques et complications

En cas de traitement orthopédique (non opératoire) il y a toujours le risque d'un déplacement secondaire de la fracture. Pour cette raison-là votre chirurgien va organiser des contrôles réguliers pendant les 6 semaines suivant la fracture pour détecter un tel déplacement le plus tôt que possible. Si jamais la fracture est trouvée qu’elle a bougé, votre chirurgien proposera des mesures appropriés pour toujours atteindre le meilleur résultat et une bonne fonction du poignet à l'avenir.

Les complications d'un traitement opératoire sont celles d'une infection, la formation d'un hématome, une blessure des nerfs ou des vaisseaux, une phlébite ou une embolie pulmonaire.  Le matériel d'ostéosynthèse peut s'arracher. En plus il y a des complications rares comme la consolidation de la fracture dans une mauvaise position, la rupture d’un tendon, une compression sous plâtre ce qui pourrait entraîner une perte de la fonction irréversible. Toute douleur forte dans le plâtre nécessite donc une visite chez un médecin urgemment pour qu'on puisse ouvrir le plâtre. D'autres complications sont une perte de la sensibilité d’une partie de la main, une raideur post-traumatique du poignet ou le développement d'une arthrose.

Suivant une fracture ou une opération on peut développer un syndrome de loge. Ce dernier est une augmentation de la pression dans les tissus internes de ce que l'on appelle une loge musculaire (compartiment). Le syndrome de loge peut aboutir à la perte d'un membre ou même de la vie. C’est donc une urgence absolue est doit être traitée d'une manière hyper urgente. Les premiers symptômes d'un tel syndrome de loge sont des douleurs très fortes qui vont vous forcer aller voir un médecin en tous cas. Il y a aussi une complication qui s'appelle algodystrophie assez souvent à constater suivant la fracture du poignet, mais dans la plupart des cas il s'agit d'une forme légère qui guérira complètement dans quelques mois. Pour obtenir plus d'informations concernant l'algodystrophie veuillez-vous adresser aux adresses internet pertinentes. 

Bon fonctionnement après une fracture du poignet

La fonction en ce qui concerne les activités sportives, de loisir et les gestes de la vie quotidienne dépend de beaucoup de facteurs comme:

  • Le degré de complexité de la fracture

  • La capacité du patient à se prendre en main et à suivre la rééducation est absolument nécessaire

  • La compétence du chirurgien et du team de réhabilitation

Il est donc difficile de prédire le résultat de long terme suivant une telle fracture, mais la plupart des patients récupèrent une fonction et force normale ou presque normale et en tout cas parfaitement suffisante pour ses besoins.

Tél: +41 32 720 3328          Fax:+41 32 720 3329

Veuillez privilégier le contact par email s.v.p.

Hôpital de la Providence

Faubourg de l'Hôpital 81

CH-2000 Neuchâtel

©2018 Cabinet Dr. Wolfgang Spaeth. Proudly created by the Brendler-Spaeth family